1761686926_small

Diagnostic rapide, énorme, grasse et tailladé.
Je me regarde tristement dans le miroir et pleure. Je m'en veut. Je m'énerve.
Je me griffe en touchant les parties de mon corps trop volumineuses à mon goût, le surplus que je vois.
Puis je m'effondre à terre, anéantie par cette images, ce reflet des plus amer.
Puis je pleure et prend ma lame.
Le sang coule, je vais de plus en plus profond, des crevasses se forment...

Vouloir marquer sur la peau sa souffrance.
Pour que le corps cris ce qui pleure en silence.
Dessiner le désespoir sur le corps.
Illustrer sa chair d'un sentiment de mort...

Tout simplement parce qu'il n'y a pas d'autre façon de dire que les Tca me tuent.
Qu'ils me rendent chaque jours plus mal.
La maladie à pris le dessus, elle me domine, je la sens beaucoup plus forte que moi. Ou vas-elle me conduire?
Elle n'a plus qu'a m'anéantir, je n'arrive plus a sourire.
Ou est ma place ? Une question à laquelle il n'y a aucune réponse.
Ma vie aurais du tout simplement ne jamais exister.

Capturer